[:fr]https://www.youtube.com/watch?v=5V1KGGYKD4w

 

En prenant une voix austère pour sermonner l’homme au nom de la nature, Sophie Marceau comme Julia Roberts, qui interprétait la voix originale de ce clip, se trompent.

L’homme n’est pas l’ennemi de la nature.

Il ne peut l’être car il est la nature.

En opposant l’un à l’autre, ce manichéisme risque d’aboutir au pire de tout : sacraliser la nature à tel point que l’être humain ne pourra plus l’approcher, de crainte qu’il ne la détruise.

Dans ce monde coupé, qui commence déjà à apparaître en Amérique du Nord, il y aura les hommes d’un côté et les « ressources naturelles » de l’autre.

On ne pourra y entrer qu’avec un permis, un guide et en suivant obligatoirement un sentier balisé.

Les gouvernements pourront annoncer qu’ils préservent la nature, mais aucun humain n’y pourra goûter la liberté, l’inspiration et la paix. Les enfants ne pourront pas grimper aux arbres,  ne pourront pas s’étendre sur l’humus.

Quand il n’y aura plus de place pour l’homme dans la nature, il n’y aura plus  d’espace pour qu’il retrouve sa propre nature.

La connexion avec la nature sera perdue. Et alors tout sera perdu.

Non, il faut l’aimer, la chérir, la toucher et l’embrasser.

La protéger n’est qu’un pas : pas assez.

 

Hubert Mansion

 


Hubert Mansion est le fondateur de l’Université dans la Nature. Ancien avocat international spécialisé dans le milieu du show-business, il s’installe au Québec pour se consacrer à l’écriture. Il est l’auteur entre autres de Tout le monde vous dira non, Le guide de survie des Européens à Montréal, La voie du chagrin d’amour, Le livre de la sagesse crie.[:]