Notre conseil d’administration

ADMINISTRATEUR INDÉPENDANT

RAYMOND SCHADECK

PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

CO-FONDATEUR DE L’UdN

HUBERT MANSION

VICE-PRÉSIDENT, PORTE-PAROLE DE L’UdN

DIRECTRICE FINANCIÈRE (FP&A)

DANIELA LINA

TRÉSORIÈRE

Fils d’une famille d’artisans (papa ébéniste/menuisier et maman issue d’une famille de boulangers) je vis depuis plus de trente ans un mariage heureux avec Dani, fille et soeur de vignerons ; et Dani et moi sommes parents comblés de deux enfants (Julie et Felix) qui sont, à notre avis, vraiment de bonnes personnes. 

  Titulaire d’une maîtrise en droit et d’une licence en droit de l’Université de Strasbourg, j’ai fait l’essentiel de ma carrière professionnelle (du mi-temps comme j’ai l’habitude de le dire c. à d. 12 heures par jour pendant 29 ans J ) dans une Big4 avant de décider en 2010 de changer de cap pour investir mon expérience et mon énergie pour a peu près 50% de mon temps dans des conseil d’administrations de sociétés de secteurs très variés au Luxembourg et à l’étranger pour dédier les 50% restants à des projet sociaux ou sociétaux, surtout ciblés ‘éducation sous toutes ses formes’ et développement durable.

»Suite..

Issu d’un environnement artisanal et ayant rapidement réalisé combien mon bien-être est tributaire de mes contacts avec la nature et les contacts humains j’ai aujourd’hui comme l’impression que depuis toujours j’ai cultivé et en privé et à titre professionnel, une sorte de concept du ‘triple bottom-line’ dont on parle tellement depuis quelques années dans le monde des affaires ; concept de triple bottom-line appelé plus concrètement aussi le concept des trois P : «Planet, People, Profit.«  

  J’ose espérer que le monde après Covid ne sera plus comme avant, et je suis profondément convaincu que la lutte contre le changement climatique ( à l’origine aussi des crises sanitaires récentes et futures ainsi que de la plupart des crises géo-politiques de notre monde actuel), ainsi que le bien-être personnel et professionnel de nous tous, passe nécessairement par un rapprochement à la nature général, voir une re-sensibilisation de nous tous au rôle vital de la nature pour notre survie et notre bien-être. C’est avec un grand enthousiasme donc que j’ai accepté de rejoindre cette équipe dynamique, innovatrice et déterminée de l’Université dans la Nature dont les objectifs mêmes sont en parfaite symbiose avec mes convictions personnelles. 

»Réduire

Raymond Schadeck

C’est à la suite d’une longue et profonde immersion dans la nature que j’ai décidé de créer l’Université dans la Nature. Durant ce séjour solitaire, moi qui provenais du monde du show-business, j’avais ressenti un tel changement que, d’abord, je m’étais dit que c’était un effet de mon imagination. Mais en faisant des recherches, je m’étais peu à peu rendu compte que certains avaient vécu une expérience semblable : eux aussi, la nature les avait régénérés, avait guéri leur âme et, parfois, les avait profondément modifiés. Et puis j’ai eu la chance de tomber sur des recherches scientifiques, venant de psychologues, de médecins, de biologistes et d’épidémiologistes, attestant que la nature exerce sur l’être humain un impact physiologique, psychologique, cognitif et philosophique ou spirituel : j’ai lu tout ce que je pouvais, j’ai interrogé ceux que je pouvais rencontrer, et j’ai décidé de créer l’Université dans la Nature afin que ces connaissances soient profitables au plus grand nombre. Je suis persuadé que le XXIème siècle sera celui de la nature. Mais la nature ne suffit pas :

»Suite..

c’est notre connexion avec elle qui doit être au cœur de l’éducation, de la santé, de l’urbanisme et de tant de secteurs. C’est son contact It was after a long and deep immersion in nature that I decided to create l’Université dans la Nature. During this solitary stay, coming from the world of show business, I had felt such a change that, at first, I thought it was an effect of my imagination. But as I researched it, I gradually realised that there were people who had had similar experiences: nature had also regenerated them, healed their souls and, at times, profoundly changed them. And then I was lucky enough to come across scientific research, coming from psychologists, doctors, biologists and epidemiologists, which showed that nature has a

qui doit accompagner le nouveau-né comme le mourant et c’est sa beauté qui nous réconciliera avec le monde.

»Réduire

Hubert Mansion

Née dans les Carpates, j’ai grandi en apprenant et en vivant le cycle de la nature auprès de mes parents et grands-parents qui vivaient dans l’abondance, indépendamment des régimes politiques qui passaient, en s’appuyant sur ce que le paysage fertile, combiné à une pratique séculaire, fournissait, en s’adaptant aux saisons et en utilisant les connaissances traditionnelles.  

Ayant un esprit libre, scientifique et critique, je n’ai pas adhéré aux idées technocratiques simplistes du matérialisme de l’après-guerre qui prédominaient à l’époque de mon adolescence. Ainsi, bien qu’étant dans une situation privilégiée avant et après la chute du régime communiste, j’ai décidé d’immigrer au Canada en 2003 où j’ai tout recommencé à zéro et où j’ai dû me réinventer, personnellement et professionnellement, en passant du poste de cadre supérieur à celui de comptable, puis à celui de directrice financière.  

Ma formation comprend une licence en sciences économiques de l’université Al.I.Cuza,

»Suite..

un EMBA de l’université McGill et une certification en analyse financière. Aujourd’hui, je suis cosmopolite et j’ai des contacts avec des dirigeants et des équipes d’Allemagne, du Royaume-Uni, du Luxembourg, de France, du Canada et du Japon. Je travaille au cœur et à la périphérie en explorant de nouvelles façons d’aborder les défis contemporains.  

Poussée par l’excellence, l’intégrité intellectuelle et la recherche de l’authenticité, j’ai utilisé mes compétences, mon intuition et ma créativité pour favoriser le succès de mes employeurs, collègues et amis, en essayant toujours de promouvoir l’intérêt général d’une manière qui reflète la générosité et l’altruisme traditionnels des Carpates, base de la survie dans tous les écosystèmes qui représentent un défi pour les sociétés humaines.  

C’est pourquoi je suis heureuse de servir l’Université dans la Nature, qui combine les instincts que je porte en moi depuis l’enfance, avec le désir de combiner mes compétences professionnelles avec mes aspirations en tant qu’être humain qui est par définition, connecté à la Nature et à l’Univers.  

»Réduire

Daniela Lina

Attaché économie et Innovation, Délégation Générale du Québec à Munich

NIKOLAUS HOTTENROTH

ADMINISTRATEUR

BIOLOGISTE, JOURNALISTE SCIENTIFIQUE

DRE. LIA ROSSO

COMITÉ SCIENTIFIQUE

PDG VOZWIN

SEAN SMITH

BOARD MEMBER

J’ai grandi dans un village autrichien avec un accès direct à de grandes forêts, des collines et des montagnes ondulantes et des étendues d’eau vierges. Mes souvenirs d’enfance les plus chers sont le son de ma marche jusqu’aux genoux dans les feuilles mortes à l’automne. Je n’en avais jamais assez. Lorsque j’étais encore à l’école primaire, l’Autriche a voté contre une centrale nucléaire déjà construite et le mouvement vert a été lancé par des milliers de personnes, dont certains de mes proches, pour protéger physiquement l’un des derniers tronçons de la voie naturelle du Danube contre les bulldozers, la régulation et la transformation en désert de béton, en barrage hydroélectrique et en réservoir. 

Désireux de comprendre comment le monde fonctionne, j’ai étudié la gestion à l’EM Lyon en France et obtenu un Master of Science en commerce international à la Manchester School of Management. En travaillant pour des sociétés de conseil en technologie, des gouvernements, des entreprises

»Suite..

manufacturières et des agences de développement économique en Europe et au Canada, j’ai développé une certaine compréhension des économies et des sociétés, tout en poursuivant toujours un intérêt particulier pour le développement durable et les technologies et pratiques connexes. 

Je suis reconnu comme un développeur d’entreprise efficace qui met en relation des personnes ayant des mentalités similaires mais des compétences et des atouts complémentaires et leur permet ainsi d’aller de l’avant. Le fait de m’impliquer dans L’Université dans la Nature m’a fait redécouvrir mon besoin d’être dans la nature et m’a fait réaliser que marcher dans la nature est le vecteur le plus efficace pour favoriser des conversations significatives qui créent de nouvelles perspectives et de nouvelles idées. J’ai réussi à inclure cette pratique de la randonnée dans mon travail et j’ai l’intention de faire profiter de plus en plus de personnes et d’organisations de ce format.  

En tant que père de trois enfants, j’ai l’intention de contribuer à l’évolution inéluctable non seulement des mentalités, mais surtout des cadres, des réglementations et des pratiques qui créent de la valeur non seulement en exploitant la nature ou en externalisant les coûts à rejeter sur d’autres, mais aussi en imitant l’ingéniosité, l’efficacité et la simplicité des cycles naturels qui génèrent beaucoup plus d’abondance que ce que chacun peut consommer.  

»Réduire»

Nikolaus Hottenroth

J’aime la vie et la nature. Mon lien avec la nature s’est créé pendant mon enfance à travers ma relation avec les animaux. J’ai grandi dans une paisible ville italienne entourée de campagne et montagne. Attirée par la mer, je suis partie faire ses études universitaires à Nice (France). J’ai entrepris des études dans la biologie cellulaire et moléculaire pour mieux comprendre la vie et c’est ainsi que la découverte du monde microcrospique des cellules qui composent tout être vivant, m’a fait entrevoir les liens subtils, invisibles et profonds qui relient chaque être sur cette planète Terre et aussi au-delà dans l’Univers qui nous entoure (les atomes qui composent nos corps sont véritablement de la poussière d’étoiles!). Je suis profondément émerveillée par la vie et convaincue qu’il y a un besoin urgent de respecter la vie sous toutes ses formes. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai également entrepris de transmettre les connaissances de la biologie, parler de cellules, gènes et du monde microscopique à travers mes livres et articles de vulgarisation scientifique. 

Lia Rosso

Lorsque j’ai ouvert ma première entreprise d’ingénierie, je louais un espace peu éclairé et mal ventilé. L’équipe et moi nous sentions déprimées ou léthargiques par rapport au trimestre précédent lorsque nous étions sur le site de notre client. J’ai fait quelques recherches et j’ai trouvé un article de la NASA sur le lien entre la productivité et la nature au bureau. Cet après-midi-là, je suis allé acheter des plantes d’intérieur qui pouvaient prospérer en cas de faible luminosité et produire de l’oxygène. À partir de ce moment, j’ai remarqué une amélioration du moral et les données ont montré une augmentation de la productivité. C’est pourquoi je trouve que l’Université dans la nature est importante pour notre vie personnelle et pour notre vie professionnelle.  

Sean Smith

Notre direction générale

EMILIA TAMKO MANSION

DIRECTRICE GÉNÉRALE

Co-fonder l’Université dans la Nature est pour moi un acte de justice. De justice environnementale. C’est un cri du coeur qui dit « au 21è siècle les bienfaits de la nature sur la santé, et plus particulièrement sur le développement  cognitif des enfants, ne peuvent plus être réservés aux uns et rester inaccessibles aux autres ». 

J’ai grandi dans les cités, en banlieue Est de Paris, le fameux « 9.3 » tristement célèbre pour ses incivilités, ses émeutes, ou la forte délinquance qui y sévit. J’ai grandi dans le béton craquelé des tours à perte de vue, les odeurs d’urine dans les halls, un environnement froid et insalubre.  

Le refuge c’était la « nature » : deux petits carrés de pelouse et les deux sapins devant notre appartement. L’accès à ce refuge venait au prix du combat : la pelouse était interdite comme c’est souvent le cas en France – sauf pour les propriétaires de chiens qui pouvaient s’y promener.  Y jouer, grimper dans le sapin et passer des heures à rêver dans les branches à l’abri des seringues et du climat de désespoir, devenait un “acte de désobéissance civile”. Alors j’ai désobéi, toute mon enfance, et malgré moi, une rage devant l’injustice venait de me pénétrer. 

»Suite..

J’ai fait des études de droit à la Sorbonne, crée une entreprise dans la banlieue de Londres, ai émigré au Canada, y ai rencontré Hubert, mon mari. Je me suis réalisée professionnellement et suis heureuse d’avoir offert à mon fils un espace sain, confortable pour grandir ainsi qu’une connexion véritable à la nature. L’enfant du 93 a réussi à changer de milieu : et si elle le devait à ce sapin et à ses branches qui la soutenaient ? Et si c’était ce refuge qui l’avait réellement aidé à lui procurer un peu d’équilibre pour lui donner des ailes ? C’est ce que je crois profondément au vu des découvertes scientifiques que nous avons accumulées et des souvenirs et sensations si fortement attachés à cet ami immobile et serein.  

Changer de milieu n’a pas éteint ce sentiment d’injustice pour autant.  

Plus je lisais sur les bienfaits que la science mesurait et plus je discutais avec des chercheurs/euses passionné(e)s, plus je me sentais poussée à revisiter mon passé dans les cités : l’acte de désobéissance de l’enfance s’est transformé en un engagement à éradiquer l’inacceptable injustice environnementale qui tient encore aujourd’hui beaucoup trop d’enfants éloignés de la nature, alors qu’elle est indispensable à leur équilibre. 

On prévoit qu’en 2050, plus de 70% de la population mondiale vivra en milieu urbain. Quel milieu de vie attend ces enfants, ces femmes et ces hommes, ces familles à faibles revenus, ces personnes avec un handicap?  Je suis déterminée à contribuer, au sein de l’Université dans la Nature et avec tous ses alliés, à ce que leur milieu de vie ne soit pas dépourvu de celle qui se révèle être le plus grand partenaire pour leur santé physique, mentale et le développement de leur potentiel à tous. Sans exception.

»Réduire

Emilia Tamko Mansion

Nos partenaires

©2020.Université dans la Nature. All Rights Reserved.